Qu’en est-il des rapports des sujets contemporains au travail ?

L’élaboration lacanienne nous a fait connaître que les mécanismes de l’assujettissement collectif et ceux de l’aliénation individuelle ont la même structure. Ceci nous permet de prendre la dimension des mutations sociales actuelles sur la subjectivité des sujets contemporains et en particulier celles, décisives qui concernent le travail.

Aujourd’hui, on parle peu des effets bénéfiques du travail ou du traitement de la psyché par le travail, moins des effets délétères des pertes d’emploi que de la souffrance au travail.

Cette année nous interrogerons la frontière qui nous apparaît de plus en plus floue, dans les organisations de travail, entre l’espace privé et l’espace public des sujets, certainement renforcée par l’accélération des nouvelles technologies, la dématérialisation de l’information et les réseaux sociaux en tout genre. S’agit-il d’un symptôme social ? Ce phénomène participe-t-il de la culture d’une entreprise ? Comment est-il intégré aux procès de travail ? Et quelle incidence sur la structure et division subjectives ?

Ce séminaire se déroulera entre Paris et Nice, en articulation avec l’association Chrysalides (Nice) et également en échange avec le groupe de travail (Namur) soutenu par quelques-uns dont Pierre Marchal et Jean-Pierre Lebrun sur le « burn-out »

Calendrier des interventions

  • 27 septembre 2019 : Pascale MOINS : « Le temps et le travail »
  • 25 octobre 2019 : Inès SEGRE et Vincent LOMBROSO : « Espace privé, espace public »
  • 29 novembre 2019
  • 31 janvier 2020
    Les dates ultérieures seront communiquées en janvier 2020.
    À Nice, une séance de travail sous forme de table ronde sera organisée un samedi matin (date à définir).

Les textes des interventions sont consultables dans la rubrique « Articles et publication ».